ACCUEIL » LANCER MON ACTIVITÉ » DÉBUTER MON ACTIVITÉ E-COMMERCE ? LE STATUT MICRO-ENTREPRENEUR EN 2019
LANCER MON ACTIVITÉ

DÉBUTER MON ACTIVITÉ E-COMMERCE ? LE STATUT MICRO-ENTREPRENEUR EN 2019

Créer son activité e-commerce en micro-entrepreneur

Débuter mon activité ecommerce en micro-entrepreneur en 2019 (ex auto-entrepreneur) ?

Définition et conditions :

Le statut de micro-entrepreneur (AE) (ex auto-entrepreneur), réputé pour sa rapidité de mise en place et sa facilité d’accès est prisé par de nombreux entrepreneurs qui souhaitent par exemple lancer leur futur projet d’activité ecommerce.

Le fonctionnement du statut en micro-entrepreneur (anciennement auto-entrepreneur) en fait le moyen idéal pour tester librement une nouvelle activité avant son lancement (et avant d’investir) ou de bénéficier d’un complément de revenu à leur salaire ou autre. je peux par exemple lancer ma boutique en ligne et prendre le temps d’observer et d’optimiser en attendant de passer sous un autre régime fiscal (voir plus bas) en fonction de la réponse et du succès rencontré, perçu ou prévu.

De ce fait, le statut de micro-entrepreneur et salarié sont des casquettes qui peuvent se cumuler. Il est également possible, dans certains cas, de bénéficier du statut de micro-entrepreneur fonctionnaire. Cela implique bien évidemment que vous trouviez le temps et l’énergie à consacrer à vos différentes activités… Au revoir les soirées et les weekends !

Attention : en tant que salarié, vous ne pouvez exercer une activité identique et concurrente à celle de votre employeur sans lui avoir préalablement demandé son accord (Clause ou contrat de non-concurrence).

 

Attention les chiffres énoncés dans cette vidéo datent de Mai 2015 (Ne s’appliquent pas à l’année 2019).

 

Le statut de micro-entrepreneur ne requiert aucun diplôme particulier :

Mais simplement un esprit d’aventure, une grande motivation et un peu d’audace suffit pour lancer activité !

Ce statut se caractérise principalement par sa simplicité et sa vocation à faciliter la création d’une activité entrepreneuriale. Il permet d’exercer de très nombreuses activités et de bénéficier d’un régime social et fiscal favorable.

Certaines professions sont soumises à autorisation, il est alors nécessaire de respecter certaines conditions pour bénéficier du régime micro-entrepreneur (ex auto-entrepreneur). Conditions de déclarations spécifiques ou encore détention de certains diplômes. Renseignez-vous en fonction de l’activité que vous souhaitez exercer.

Exemple de qualification spécifique à acquérir :

Citons par exemple le cas de l’électricien micro-entrepreneur qui doit justifier d’une qualification professionnelle. Dans le cas d’une activité de vente de produits en ligne, il n’y a pas en général de conditions ou autorisations particulières.

Attention : le statut de micro-entrepreneur peut en revanche être déconseillé si votre activité se développe rapidement et qu’elle nécessite des investissements et des frais importants (stocks, matériel, locaux…). Quoi qu’il en soit, pour la plupart des projets, il peut être très avantageux, au moins pour commencer, et comme détaillé ci-dessous, de lancer son activité ecommerce en micro-entrepreneur (ex autoentrepreneur).

Les personnes exclues du régime de micro-entrepreneur :

Pour rentrer dans les prérequis du régime pour pouvoir vous inscrire en tant que micro-entrepreneur vous ne devez pas vous trouver dans l’une des situations suivantes :

  • Ne pas exercer une activité relevant de la TVA immobilière (statut de marchand de biens ou agent immobilier indépendant)
  • Les activités (commerciale ou non) concernant la location ou la vente de biens de consommation durables
  • Vous faites de la location d’immeubles nus à usage professionnel ou une activité agricole
  • Vous avez une activité libérale relevant d’un autre régime que celui de la CIPAV ou du SSI (agents d’assurances, sages-femmes, infirmiers) ainsi que certaines activités artistiques (se renseigner à votre CFE).

 

activite-en-ligne-auto-entrepreneur-2

Avantages et inconvénients, quelques une des principales caractéristiques du statut de micro-entrepreneur à prendre en compte :

LA SIMPLICITÉ : il y a peu de restrictions pour devenir micro-entrepreneur (ex auto-entrepreneur) et il suffit d’effectuer une simple déclaration en ligne. Le statut de micro-entrepreneur peut permettre d’encadrer une activité principale ou complémentaire. En effet, ce statut est cumulable avec un statut de salarié.

Pour se lancer, il est possible de bénéficier d’aides à la création d’entreprises, comme L’ACCRE.

L’ACCRE : L’aide au chômeur créateur ou repreneur d’ entreprise consiste en une exonération partielle de charges sociales. Ainsi, si vous êtes demandeur d’emploi, bénéficiaire de minima sociaux, ou si vous avez moins de 26 ans, vous pouvez demander l’Accre lors de votre adhésion en ligne au statut auto-entrepreneur, ou dans un délai maximum de 45 jours depuis votre espace personnel en ligne.

Pour les auto-entrepreneurs bénéficiaires de l’ACCRE, des taux spécifiques minorés s’appliquent pendant 3 ans pour le calcul de vos cotisations et contributions sociales :

activite-en-ligne-auto-entrepreneur-3

Important : En cas de dépassement des seuils de chiffre d’affaires, vous perdez définitivement le bénéfice de l’ACCRE et des taux minorés au premier jour du mois ou du trimestre qui suit le dépassement (Voir ci-dessous).

LE CHIFFRE D’AFFAIRE : Le statut de micro-entrepreneur  est limité au respect d’un seuil de chiffre d’affaires qui varie en fonction de l’activité exercée et qui est remis à jour chaque année.

Par exemple, il est actuellement de 170 000€ pour une activité de vente de marchandise et de 70 000€ pour une activité de prestation de services. Dès que ces seuils sont dépassés il n’est plus possible de bénéficier des avantages du statut de micro-entrepreneur et le régime classique de l’entreprise individuelle s’applique automatiquement sans possibilité de retour en arrière.

Vous pouvez notamment consulter l’article « Auto-entrepreneur : Combien peut-on gagner avec sa boutique en ligne » pour commencer à faire vos calculs prévisionnels.

LA FISCALITÉ : Un des avantages de la micro-entreprise est de vous faire bénéficier de la franchise de base de TVA(Taxe sur la Valeur Ajoutée). Concrètement, cela signifie que vous ne faites pas de différence entre ce que vous facturez HT (Hors Taxes) à vos clients et le montant TTC (Toutes Taxes Comprises).

Bon point : cette franchise de TVA peut vous permettre d’augmenter vos marges en vous alignant sur les prix du marché TTC en récupérant l’équivalent de la TVA dans vos marges et donc de proposer des prix plus compétitifs à vos clients par rapport à vos concurrents en entreprises, elles, soumises à la TVA.

Ce régime dérogatoire de franchise de TVA a été mis en place à la fois pour donner un coup de pouce financier aux micro-entrepreneurs (qui toutefois ne récupèrent pas la TVA sur leurs achats) et pour simplifier leurs déclarations de chiffre d’affaires, puisqu’ils n’ont pas à déclarer la TVA.

Son chiffre d’affaires est imposé à l’impôt sur le revenu (IR) après application d’un abattement forfaitaire pour charges. Il peut également opter pour le “prélèvement social et fiscal libératoire” qui lui permet de s’acquitter de ses charges sociales et de ses impôts avec un prélèvement unique.

LE RÉGIME SOCIAL : Le micro-entrepreneur (ex auto-entrepreneur) est rattaché à la nouvelle Sécurité Sociale des Indépendants, anciennement appelé le RSI (Régime Social des Indépendants).

ATTENTION : Un micro-entrepreneur n’est pas considéré comme une société ce qui signifie que le patrimoine professionnel et son patrimoine personnel ne font qu’un. En cas de difficultés financières, le patrimoine personnel du micro-entrepreneur n’est donc pas protégé.

 

activite-en-ligne-auto-entrepreneur-1

LES FORMALITÉS D’INSCRIPTION

L’immatriculation en ligne :

C’est extrêmement simple et rapide : Toutes les démarches s’effectuent en ligne :

S’inscrire sur le site : lautoentrepreneur.fr

Vous n’avez besoin d’imprimer le dossier que si vous êtes demandeur d’emploi afin de joindre les justificatifs au courrier à envoyer à votre centre Pole Emploi. Cette déclaration d(immatriculation sera traitée par votre centre de formalités des entreprises (CFE) suivant la nature et le lieu de votre activité.

Les frais d’immatriculation :

L’immatriculation est gratuite, à l’exception des agents commerciaux :

  • Agent commercial, l’immatriculation (obligatoire) au registre spécial des agents commerciaux (RSAC) vous coûtera environ 26 €.
  • Commerçant, l’inscription au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) est gratuite.
  • Artisan, l’inscription au Répertoire des métiers (RM) est gratuite.
  • Bon à savoir : Il existe un service d’assistance à formalités proposé par les CFE des chambres des métiers et de l’artisanat (CMA) et des chambres de commerce et d’industrie (CCI). Son coût est en moyenne de 60 €.

 

creer-activite-en-ligne-auto-entrepreneur-4

 

Après l’immatriculation : La déclaration de votre Chiffre d’Affaires (CA)

La déclaration de votre chiffre d’affaires s’effectuera en ligne tous les mois ou tous les trimestres selon votre choix lors de l’inscription. (Même si votre chiffre d’affaires est égal à zéro). Cela ne vous prendra pas plus de quelques minutes et toujours sur le site www.lautoentrepreneur.fr .

Les services associés du site lautoentrepreneur.fr :

  • Créer son entreprise (s’enregistrer en quelques clics) la modifier / Cesser son activité
  • Effectuer une demande d’ACCRE
  • Les informations essentielles sur le statut d’auto-entrepreneur (micro-entrepreneur)
  • Déclarer son chiffre d’affaire (Tous les mois / Tous les trois mois) / Relevés de situation
  • Gérer son entreprise (Espace personnel) / Rédiger des factures
  • Pour info, une application « AutoEntrepreneur Urssaf » sur téléphone portable est disponible

Les coûts des formalités :

Immatriculation

Gratuite sauf pour les artisans (Mais cela va rarement chercher au-delà de 80 euros).

Radiation

Gratuite.

Attention toutefois : la cessation d’activité est définitive, c’est-à-dire que vous ne pourrez pas vous réinscrire comme micro-entrepreneur pour la même activité avant un délai de carence égal à l’année en cours + l’année civile suivante (exemple : un micro-entrepreneur qui se radie le 15 juin 2017 ne peut pas exercer la même activité avec le régime micro-social avant le 1er janvier 2019).

Si vous souhaitez simplement suspendre temporairement votre activité, déclarez simplement un chiffre d’affaires à zéro tous les mois ou tous les trimestres.


Pour plus d’informations, quelques liens pratiques à consulter :

Vous pouvez consulter l’article du blog : « Auto-entrepreneur : Combien peut-on gagner avec sa boutique en ligne »

RETRAVAILLER LES « ANCRES DE LIENS » : TERMES CIBLES

Visitez tout d’abord le site autoentrepreneur de l’URSAAF : www.autoentrepreneur.urssaf.fr

Accédez à votre dossier après enregistrement : www.cfe.urssaf.fr

Le site de la sécurité sociale des indépendants : www.secu-independants.fr

Le portail de l’URSAAF : www.urssaf.fr

Le portail de l’APCE : www.apce.com

Le portail français de l’auto-entrepreneurs : www.auto-entrepreneur.fr

Le portail officiel des déclarations sociales en ligne : www.net-entreprises.fr

L’agenda des déclarations de votre activité ecommerce : www.net-entreprises.fr/agenda-des-declarations/


Publié par : Shoppingwebstore

le : 13 novembre 2018

Sources : autoentrepreneur.urssaf.fr | cfe.ursaaf.fr | Net-Entreprise | APCE


Cet article vous a éclairé sur le statut de micro-entrepreneur ? Vous désirez vous lancer ?

Si c’est le cas, merci de commenter et partager avec la communauté du blog…

Faites-nous part de vos projets !

2 Commentaires

Cliquez ici pour écrire votre commentaire...

  • Merci pour ces informations et conseils concernant les auto entrepreneur. Je vais consulter vos autres guides pour entrepreneur. Je crois qu’il faudrait peut-être mieux dans mon cas me lancer véritablement comme entrepreneur plutôt qu’auto entrepreneur. Je veux surtout prendre le temps de bien me préparer afin d’avoir les bons outils et avoir l’air très professionnel à défaut d’avoir énormément d’expérience.